Articles  >  Alimentation naturelle  >  Le chia: une céréale ancienne à découvrir

Le chia: une céréale ancienne à découvrir

par Véronique Lepage, Dt. P., B. Sc.  
Plante ancienne, le chia (Salvia hispanica alba), communément appelé salba, suscite aujourd’hui l’intérêt des chercheurs pour ses vertus nutritionnelles. Le mot chia vient des Mayas et signifie "rendre fort". Autrefois, les graines de chia étaient un élément central du régime des civilisations précolombiennes, en particulier les Aztèques. Ces derniers cultivaient le chia et l'utilisaient principalement à des fins médicinales et alimentaires. Seuls le maïs et les haricots surpassaient la consommation de chia dans le régime alimentaire. Les graines de chia étaient rôties et consommées sous forme de gruau ou transformées en gâteau. Elles servaient aussi à fabriquer des peintures. Les Aztèques conféraient au chia une telle importance qu'ils l'offraient à leurs dieux lors des cérémonies religieuses. La culture du chia nécessite un climat subtropical à tropical. Il semble que les descendants indiens mexicains produisent toujours ce grain antique. Le chia est encore aujourd'hui utilisé dans la préparation d'une boisson populaire appelée le fresca de chia. Les graines sont trempées dans l'eau puis mélangées avec un jus de fruit. Le chia a connu son heure de gloire pendant l'âge précolombien, puis sa culture a diminué suite à la découverte de l'Amérique. Sa culture était limitée à quelques hectares. Les chercheurs croient que les civilisations méso-américaines antiques avaient raison de considérer le chia comme un composant de base de leur régime et pensent qu'il devrait être réintroduit dans l'alimentation moderne. La plante pousse actuellement seulement au Pérou.

TRÉSORS NUTRITIONNELS
Les graines de chia contiennent 32% de gras dont 59% d'acide alpha-linolénique (ALA), un oméga-3. Rappelons qu'une très faible proportion d’ALA serait convertie en oméga-3 à très longues chaînes, soit l'EPA (0,2 à 8% de conversion) et encore en plus faible quantité en DHA (<0,1 % de conversion). Jusqu'ici, les bienfaits des oméga-3 semblent surtout attribuables aux oméga-3 à très longues chaînes, l'EPA et le DHA, principalement présents dans les poissons. La plupart des études effectuées dans le domaine cardiovasculaire, obstétrique, rhumatologique et neurologique ont été réalisées avec des oméga-3 d'origine marine. Donc, les résultats obtenus ne sont pas nécessairement extrapolables à I’ALA des végétaux! D'autre part, la majorité des études utilisant de l'ALA ont été réalisées dans le domaine des maladies cardiovasculaires (MCV). Jusqu'ici, les études observationnelles indiqueraient un effet bénéfique de l'ALA dans la diminution du risque de MCV, plus particulièrement chez les personnes qui consomment peu d'oméga-3 d'origine marine. Par ailleurs, les évidences basées sur les études cliniques sont loin d'être concluantes à ce jour sur la protection cardiovasculaire de l’ALA.

Les graines contiennent aussi 37% de glucides dont une très grande quantité de fibres, soit 33%, surtout insolubles. Seulement 2 c. à soupe de graines de chia contiennent environ 10 g de fibres, soit le tiers de nos besoins quotidiens, c'est énorme! Les fibres ont un grand pouvoir absorbant. En effet, les fibres de chia absorbent environ 15 fois leur poids en eau ce qui a pour effet de ralentir la digestion, prévenir la constipation et créer un effet de satiété prolongé.
Fini les rages de sucre de l'après-midi! Le chia contient plus de protéines que la plupart des céréales, soit 21%. Les graines sont une source importante de potassium (800 mg/100 g). Ce dernier assure plusieurs fonctions dans l'organisme telles que le maintien de l'équilibre acido-basique du corps, la transmission des impulsions nerveuses, la contraction musculaire, le fonctionnement des reins et des glandes surrénales et participe à de nombreuses réactions enzymatiques, à la synthèse des protéines et au métabolisme des glucides. Le chia est aussi une excellente source de calcium (680 mg/100 g). 2 c. à soupe de graines contiennent l'équivalent de la teneur en calcium de 3/4 de tasse de lait. Les graines de chia sont une source intéressante de fer non hémique (environ 10 mg/100 g), bien que ce dernier soit moins bien absorbé que le fer hémique, de magnésium (380 mg /100 g), ce minéral antistress, et de phosphore (780 mg/100 g). Elles contiennent principalement des vitamines du complexe B, à l'exception de la vitamine B12. Par ailleurs, le chia aurait une grande capacité antioxydante. Les principaux éléments antioxydants du chia sont la myristine, la quercétine, le kaempférol et l'acide caféique. Jusqu'ici, il ne semble pas y avoir d'effets adverses à consommer de grandes quantités de graines de chia. Contrairement aux graines de lin, les graines de chia ne contiennent pas de phytœstrogènes.

COMMENT INTÉGRER LE CHIA À L’ALIMENTATION
Les graines de chia, tout comme les graines de lin, s'ajoutent bien aux compotes, yogourts, laits fouettés, céréales et muffins, pains, salades et même aux sauces. La saveur des graines est si douce que son goût passe inaperçu. Les graines peuvent être moulues comme les graines de lin. Il est préférable de les conserver au réfrigérateur.

À RETENIR
Le chia était cultivé et consommé abondamment par les Aztèques il y a près de 500 ans. Les chercheurs lui découvrent des vertus nutritionnelles intéressantes par la richesse de son contenu. De plus, le chia convient à tous et est très facile à intégrer aux recettes habituelles. Espérons qu'il devienne plus accessible dans un avenir rapproché.
Article paru dans le magazine Vitalité Québec Numéro 109
Novembre / Décembre 2007
Flèche vers le hautHaut de page